• Un poeme de Charles Juliet

    Et ce vent qui heurte l'olivier,
    couche ses hautes branches dans le ciel,
    qu'il s'engouffre en toi,
    emporte tes brumes,
    chasse le vieux savoir.

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:08

    Ce Souffle souverain, s'il couche les branches de l'olivier, peut dévaster totalement ton univers intérieur...! Mais peut-être attendra-t-Il, par délicatesse, que tu sois prête... ?

    Magnifique poème de Charles Juliet.

      • Samedi 19 Novembre 2016 à 08:31

        Il faut l'esperer...Merci ALoysia

    2
    Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:22

    J'aime beaucoup Les poèmes de Charles Juliet

      • Samedi 19 Novembre 2016 à 08:32

        Bien d'acoord avec toi

    3
    Jeudi 17 Novembre 2016 à 22:37

    Laissons

    le vent

    emporter nos pensées

    Amitié Marlène

     

      • Samedi 19 Novembre 2016 à 08:33

        Le suivre toujours...

        Amitie PAscal

    4
    Vendredi 18 Novembre 2016 à 15:28

    c'est un beau poème ; le vieux savoir, pas celui éternel, celui inutile qui encombre nos âmes. Bises 

      • Samedi 19 Novembre 2016 à 08:33

        Les mots de sagesse  a retenir.Merci du partage Durgalola

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter