•   

     

     

    7116641885_302e0f4050.jpg

     

    Les chevaux et les chiens

    Parlent mieux que les hommes

    Et savent de très loin

    Reconnaître le ciel

     

    Ils n’ont pour eux que l’herbe

    Et la grave tendresse

    Des bêtes qui remuent

    Tristement le passé

     

    Mais dans leurs yeux inquiets

    Des choses et des hommes

    Passe parfois l’éclair

    D’une saison future.

     


    12 commentaires
  •  

     

     4605852798_e8ef18cb60.jpg

     

     

    Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
    Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
    Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
    Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
    L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
    La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
    Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
    Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
    L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
    Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
    Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
    A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
    La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
    Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
    Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
    Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
    Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
    Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
    Font des taches partout de toutes les couleurs ;
    Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
    Comme si ses soupirs et ses tendres missives
    Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
    Et tous les billets doux de son amour bavard,
    Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
    Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
    Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
    Tout semble confier à l'ombre un doux secret ;
    Tout aime, et tout l'avoue à voix basse ; on dirait
    Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,
    La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
    Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,

    Répètent un quatrain fait par les quatre vents.


    8 commentaires
  • 4493940421_b1d254b39f.jpg

     

     

     

    Déjà les beaux jours, - la poussière,
    Un ciel d'azur et de lumière,
    Les murs enflammés, les longs soirs ; -
    Et rien de vert : - à peine encore
    Un reflet rougeâtre décore
    Les grands arbres aux rameaux noirs !

    Ce beau temps me pèse et m'ennuie.
    - Ce n'est qu'après des jours de pluie
    Que doit surgir, en un tableau,
    Le printemps verdissant et rose,
    Comme une nymphe fraîche éclose
    Qui, souriante, sort de l'eau.


    10 commentaires
  •  

     

     

     

    6227720675_16ecba4b36.jpg

     

    Au bord d'un verger vert envahi d'herbes en fête
    Se dressait le palais superbe du poète.

    La maison était vieille au moins de trois cents ans,
    On entendait craquer ses poutres au printemps.

    Les arbres se pressaient contre elle à l'étouffer,
    Poiriers portant le nid mélodieux d'Orphée.

    Mais les tuiles volaient au vent à tire-d'aile.
    - Fort bien, dit le poète : on verra mieux le ciel !

    Quand il pleuvait, la pluie entrait comme chez elle.
    - Bon, c'est la porte aussi qu'emprunte l'hirondelle !

    Les murs épais, dorés, ruisselaient de feuillages :
    Vigne, lierre, rosiers pleins de lézards sans âge.

    Au grenier résidait l'effraie, oiseau de nuit.
    - C'est moi qui vis chez toi, Sagesse à l'oeil qui luit !

    Deux chiens fous, un vieux puits, peu de pain dans la huche.
    - Mais du soleil au coeur plus que miel en la ruche !

    Depuis longtemps, l'horloge s'était arrêtée.
    - Que l'heure loge ailleurs : pas le temps de compter !

    Les cigales vibraient sans fin, de chaleur ivres,
    Une plume formait, dedans, les mots d'un livre.

    Et le chant du poète en silence embaumait
    La nature alentour ainsi qu'une fumée.

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique