•  

     

     

    « Être homme, c’est précisément être responsable. C’est connaître la honte en face d’une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C’est être fier d’une victoire que les camarades ont remportée.

    C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde.»


    2 commentaires
  •  

     

      

     

     

    Avec le temps, la couleur  

    change  

    et reste à définir; on cherche ses secrets,  

    ses règles, ses mesures, ses retards,  

    parfois ses échecs.  

    Les yeux incertains et le regard,  

    le passage des glacis, des noms,  

    des lointains. Reste la tension du regard, la fragilité  

    de la pensée dans le vif désir du réel,  

    dans le risque même  

    d’inventer, avec des visions, les réponses.

     

     

    traduction Jean Gabriel COSCULLUELA  

     


    4 commentaires
  •    

    Je n’ai pas fini de te dire tout.

    Mais à quoi bon...

    L’indifférence en toi monte comme un rosier vorace qui, détruisant les

    murailles, se tord et grandit,

    Étouffe l’ivrogne de son parfum...

    Et puis, est-ce que cela meurt ?

    Un clair refrain retentit dans la ruelle lavée par le matin, la nuit et le printemps.

    Le géranium à la fenêtre fermée semble deviner alors que surgit le héros du drame.

    Je ne te conte cette histoire qui ne tient pas debout

    que parce que je n’ose pas continuer comme j’ai commencé.

    Car je crois à la vertu des mots et des choses formulées


    6 commentaires
  • La femme comprend tout par l'amour ; quand elle n'entend pas, elle sent ; quand elle ne sent pas, elle voit.
    Honoré de Balzac ; Séraphîta (1834) 


    8 commentaires
  • Aimer un être humain, c'est l'aimer tel qu'il est, jusque dans ses misères.
    François Mauriac ; Le nouveau bloc-notes (1965-1967)


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique