•  

     

     

     

    Trop loin 

     

    du jour

     

    pour

     

    pouvoir

     

    faire

     

    le pas

     

    le pas

     

    terrible

     

    qui met

     

    à découvert

     

    la nudité

     

    du cœur

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    petit matin

     

    entre les rares voitures

     

    des gouttes de pluie

     


    6 commentaires
  •  

     

    Un jour, une femme a aperçu un mendiant, assis sur un trottoir dans la rue..
    Elle s'est approchée de lui et comme le pauvre est habitué à être humilié il l'a ignorée..
    Un policier, observant la scène, s'est approché :
    – il vous importune ?
    Elle a répondu :
    – d'aucune façon, j'essaye de l'emmener jusqu'à ce restaurant, parce que je vois qu'il a faim et il est même sans forces pour se lever. Vous, la Police m'aideriez-vous à l'emmener jusqu'au restaurant ?
    Rapidement, le policier aida le pauvre homme qui n'en croyait pas ses yeux.
    En arrivant au restaurant, le serveur, qui est allé les aider, dit sans aucune réaction :
    – excuser moi Madame, mais il ne peut pas rester ici. Il va faire peur à mes clients!!!
    La femme vexée, a soulevé les yeux et dit :
    – vous savez que l'énorme entreprise-là en face, trois fois par semaine, leurs directeurs viennent ici avec des clients faire des réunions dans ce restaurant ! Et je sais combien d'argent ils vous laissent ici, et c'est ce qui maintient ce restaurant. Je suis la patronne de cette entreprise. Alors je peux rester ici manger avec mon ami, oui ou non ?
    Le serveur fit un signe positif de la tête et le policier qui observa la scène, en fut stupéfié, et le pauvre homme, très ému à ce moment-là, laissa couler une larme.
    Quand le serveur recula, l'homme demanda :
    – merci Madame, mais je ne comprends pas ce geste de bonté.
    Elle lui prit les mains et lui dit :
    – tu ne te rappelles pas de moi, Jean ?
    – votre visage me dit quelque chose en effet mais je ne me souviens pas d'où.
    Elle, les larmes aux yeux, lui dit:
    - Il y a un certains temps, moi à peine formée, je suis arrivée dans cette ville... Sans aucun argent en poche... j'avais très faim, je me suis assise à cette place car j'avais un entretien d'embauche dans cette entreprise en face, qui aujourd'hui est mienne. Quand s'est approché de moi, un homme, avec un regard généreux. Tu te rappelles maintenant Jean ?
    En larmes, il affirma que oui.
    – À ce moment-là, vous travailliez ici. Ce jour-là, j'ai fait le meilleur repas de ma vie, parce que j'étais très affamé, et même sans forces. Chaque minute, je vous regardais, parce que j'avais peur de vous nuire. J'étais là à manger gratuitement. Et quand vous preniez de l'argent de votre poche et le mettiez dans la boîte du restaurant, j'ai été abasourdie. Et je savais qu'un jour, je vous rendrais l'appareil. J'ai mangé et je suis allé avec plus de forces à mon entretien. À ce moment-là, l'entreprise était toute petite ... J'ai été acceptée à l'entretien. Je me suis spécialisée. J'ai gagné beaucoup d'argent et puis j'ai fini par racheter quelques actions de l'entreprise et finalement, je suis devenue la patronne. J'ai fait de l'entreprise ce qu'elle est aujourd'hui. Je vous ai recherché sans jamais vous retrouver... Jusqu'à aujourd'hui. Je vous vois dans cette situation. À partir d'aujourd'hui, vous ne dormirez plus dans la rue ! Vous venez chez moi ce soir... Demain, nous achèterons de nouveaux vêtements et vous travaillerez avec moi ! Ensuite, nous chercherons un logement pour vous.

     Pris sur le net


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

    le saule retient


    les bannières du vent


    lâcher prise


     

     

     


    4 commentaires
  • Ce qui ne peut danser au bord des lèvres, s'en va hurler au fond de l'âme. 


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires